Autour du FREAK SCENE : La Gare Aux Gorilles

Parmi toutes les bonnes raisons de venir au FREAK SCENE le samedi 26 octobre, il y a cet inégalable organisateur d’événements qu’est La Gare Aux Gorilles.

Logo GAG

Quand on annonce que le FREAK SCENE est co-organisé par La Gare Aux Gorilles, voilà ce qu’on nous répond en général :

Mais ils ont pas fermé eux?

Allons-y dans l’ordre.

Au début, c’était une gare désaffectée de la Petite Ceinture (La Gare du Pont de Flandre si vous voulez tout savoir) comme n’importe quelle autre.

Puis c’est devenu un squat.
Un bien beau squat.
Sérieux.
Organisé.
Non politisé.
Ouvert à la fête et à la création.
Fréquenté par des gens prêts à vivre un concert à fond, à l’image des tenanciers du lieu.
Avec une scène où s’entassaient des télés en plus ou moins bon état dans tous les sens.
(ouais, on aurait dit une émission d’Arte « spécial Berlin underground »)
Bref, le rêve ou pas loin.

Et les autorités l’ont fermé.

Si le lieu n’est plus, les gorilles qui l’ont fait vivre sont encore là : La Gare Aux Gorilles est devenue nomade.

Voici comment ils voient la chose.

Création d’un espace festif et temporaire. Ces événements accueillent et promotionnent des artistes musicaux ou autres. En effet la multiplicité des médiums et auteurs permets d’accueillir plusieurs publics. A savoir multiculturels, de différentes sociaux-catégories et tendances artistiques. Pour ainsi favoriser la rencontre et l’échange. Les tarifs pratiqués sont volontairement abordables. Les équipes organisatrices et professionnelles dans le domaine de l’évènementiel ont adopté une méthode organisationnelle basée sur le concept de l’autogestion . C’est à dire en mettant l’accent sur la mutualisation du matériel homologué, le partage des frais et bénéfices sous forme coopérative.

Et plus loin :

Le temps ne fait que passer et sans le vouloir, il ne donne aucun pouvoir. Il n’a de maîtres que ceux qui le prennent. Il existe peut-être ces races dans les vivants, que l’on croit trop souvent en voix de disparition, qui cultivent cette volonté de se donner le pouvoir de croire. Pour créer ces temps où ces espaces peuvent apparaître,ces refuges qui donnent à voire pour penser sans oublier.
Parce qu’il faut refuser notre temps pour l’accepter et refuser l’impossible pour le rendre possible aujourd’hui.

Pour en revenir au FREAK SCENE, voilà nos quatre questions habituelles pour nos amis gorilles

Un bon souvenir de festival à partager?

Les souvenirs et les festivals sont plutôt nombreux, une choses est sûr il reste surtout de belles sensations. D’ailleurs si les gorilles remettent le couvert, c’est pour les retrouver, les préserver, les cultiver. Ni pour, ni contre, ni neutre, juste exister.

Un mauvais souvenir de festival à partager?
Peut-être le dernier événement que nous avions prévu au Garage avant l’été, qui s’est vu annulé par la préfecture 2h avant l’ouverture au public, juste après l’installation technique et les balances avec les groupes.

Pour vous, un Freak Scene réussi, ça ressemblerait à quoi?
Si tu viens, viens pour rester
Si tu restes, restes pour exister
Si tu existes, les gorilles existent
Si les gorilles existent, nous sommes
Si nous sommes, tu penses
Si tu penses, je suis.
Gorillement votre.

En trois mots, qu’est-ce qu’on doit attendre de votre venue au Freak Scene?
Amour / Chaos / Gorilles

Merci les gorilles 🙂

Et à très vite au Boulodrome Léo Lagrange
Route des Fortifications
75012 Paris
(Porte de Charenton)

Event FB : facebook.com/events/564262616943954/


Agrandir le plan

Publié dans FREAK SCENE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*